Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 20:59
Mes valises sont prêtes, ça y est, je déménage !
j'ai regroupé presque toutes mes notes de lecteurs  depuis 2007.
Vous me trouverez en suivant le lien sur l'image.
albertlynch-femmesprenantlethe.jpg


Published by Syde - dans Divers
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 08:18

Auteur : Kunzang Choden
Titre : Le Cercle du Karma
Traduit de : l'anglais (Bouthan) par Sophie Bastide-Foltz
Éditeur : Actes Sud
1ère édition : janvier 2007
Nombre de pages : 425
Édition de poche : Babel, janvier 2009
Genre : Quête
Lu : novembre 2009

Ce qu’en dit l’éditeur :

Fille d'un "religieux laïque" et maître ès calligraphie, frustrée d'avoir vu l'accès au savoir réservé, dans la tradition bhoutanaise, aux seuls garçons, la jeune Tsomo, un an après la mort de sa mère bien-aimée, prend prétexte de la nécessité d'aller pieusement célébrer sa mémoire dans un temple éloigné de son village pour quitter sa famille. C'est alors que la jeune fille entame sa longue marche, véritable odyssée qui la mène de son village près de Thimphu, la capitale du Bhoutan, à Kalimpong en Inde et jusqu'à Bodh Gaya, haut lieu du bouddhisme. Dans ce voyage, solitaire, qui est celui de toute une vie, une femme en quête de la sagesse promise par les enseignements du Bouddha part à la découverte de sa force intérieure et traverse d'innombrables épreuves jusqu'à ce que s'accomplisse enfin la métamorphose qui la fait accéder à la vérité si longtemps recherchée... Premier roman en provenance du Bhoutan, un pays longtemps "interdit", ce foisonnant récit initiatique est une invitation à voyager au cœur d'une culture profondément méconnue. Brossant, à travers son attachante héroïne, le portrait d'une génération de femmes-pionnières prenant en main leur destin, Kunzang Choden offre, sur son pays, des aperçus inédits et particulièrement audacieux s'agissant d'un royaume réputé pour sa fermeture, car abordés avec une simplicité et une franchise - voire, parfois, un humour - qui ne cessent de surprendre.

Ce que j’en dis :
Avec Le cercle du karma nous faisons connaissance avec un très beau personnage de femme, depuis son enfance au Bhoutan, jusqu'à la  fin de sa vie.
C'est toute la place de la femme dans ces sociétés qui se dévoile ici. Ce n'est que par son courage et sa ténacité que Tsomo réussit à prendre sa vie en main, mais son chemin est semé d'embuches et d'épreuves. L'autre intérêt de cette histoire est de nous faire partager la vie quotidienne des plus humbles, des gens portés par leur religion et leurs croyances qui vivent souvent dans des conditions difficiles.
Par contre, j'y ai découvert une plus grande liberté dans les relations amoureuses. À la campagne, pendant l'enfance de Tsomo, chacun choisi son amoureux, les familles interviennent beaucoup moins, et le mariage est souvent décidé lorsque la jeune fille est enceinte.



 



20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 09:50

magasingeneral5.jpgAuteur : Loisel & Tripp
Titre :  Montréal
Éditeur : Casterman
Collection : Magasin Génaral T5
1ère édition : novembre 2009
Nombre de pages : 76
Genre : Belle Province
Lu : décembre 2009

Ce qu’en dit PlanèteBD :
Ça jase à Notre-Dame-des-Lacs : Marie s’est égarée le temps d’une galipette dans les bras de Marceau. Pour fuir l’opprobre elle prend la direction de Montréal et laisse le village se débrouiller de son magasin. Toujours aussi bon et beau.

Ce que j’en dis :
Marie, en bute à la réprobation du village, finit par quitter son magasin pour partir à Montréal. C’est donc Serge qui va s’occuper des clients, mais à sa façon. Les horaires changent et toute la communauté regrette bien vite Marie…

Une vidéo sur le site de Casterman

Published by Syde - dans BD & mangas
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 08:07

shoppingenligneAuteur : Catherine Barba
Titre : Shopping en ligne, même p@s peur!
Éditeur : Les Carnets de l'info
1ère édition : octobre 2009
Nombre de pages :98
Lu : février 2010

Ce qu’en dit l’éditeur :
L'achat en ligne, c'est mon job, mon quotidien, ma passion. En écrivant ce petit guide, j'ai voulu vous faire profiter de mon expérience et de celle de milliers d'acheteuses, blogueuses, cyber-chalands, pros ou amateurs, croisés sur mon e-chemin. Comment trouver le bon produit ? S'assurer qu'un site est sérieux ? Quel moyen de paiement choisir ? Que faire si j'ai changé d'avis ? Si le produit arrive abîmé ? Si la taille ne va pas ?... Voici les 100 meilleurs conseils pour maîtriser ce nouveau mode de consommation qu'est le e-achat. Avec ce livre, vous apprendrez à dompter Internet pour bien acheter et réaliser des économies. Un indispensable qui fera de vous la championne incontestée du shopping version troisième millénaire.

Ce que j’en dis :
Un documentaire très court, moins de 100 pages, pour faire le tour des questions que chacun se pose sur les achats en ligne. Ce petit livre sera surtout utile à tous les néophytes. Si vous n'avez jamais surfé sur internet pour faire vos courses vous y trouverez de nombreux conseils. Par contre les habitués du web resteront sans doute un peu sur leur faim.
Cependant, l'ensemble est traité avec humour et on nous rappelle quelques règles de base à ne pas oublier.
Au final, un petit livre à petit prix pour découvrir la nouvelle façon de faire ses achats.

massecritique.jpg


Published by Syde - dans Divers
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 12:26

unemortesthetique.jpgAuteur : P.D. James
Titre : 
Une mort esthétique
Traduit de
: l'anglais par Odile Demange
Éditeur : Fayard
1ère édition : avril 2009
Nombre de pages : 440
Lu : janvier 2010

 

Ce qu’en dit l’éditeur :
Quand la célèbre journaliste d’investigation Rhoda Gradwyn est admise dans la clinique privée du docteur Chandler-Powell pour faire disparaître une cicatrice qui la défigure depuis l’enfance, elle a en perspective une opération réalisée par un chirurgien reconnu, une paisible semaine de convalescence dans l’un des plus beaux manoirs du Dorset et le début d’une nouvelle vie. Pourtant, malgré le succès de l’intervention, elle ne quittera pas Cheverell Manor vivante. Le commandant Dalgliesh et son équipe, appelés pour enquêter sur ce qui se révèle être un meurtre suivi d’une deuxième mort suspecte, se trouvent confrontés à des problèmes qui les conduiront bien au-delà de la simple recherche des coupables.

Ce que j’en dis :

On ne lit pas un roman de PD James pour l’originalité de l’intrigue ni pour y trouver un pamphlet contre certains aspects de notre société. Non, ce qui plait chez elle, ce sont ses personnages et le temps qu’elle prend pour les installer.  Sans précipitation, elle nous fait découvrir tous les protagonistes de son dix septième roman : une journaliste solitaire, un chirurgien, un frère et une sœur, un couple de cuisiniers…
On y retrouve bien sur Adam Dalgliesh, le personnage central de la majorité de ses histoires. De livre en livre, il perd un peu de sa tristesse et se tourne vers la vie.  Adam est aussi un poète, et notre romancière n’hésite pas à semer dans son histoires de nombreuses références littéraires. On sent qu’elle s’est fait plaisir dans ce livre qui, à mon avis,  sonne un peu comme une ultime enquête du commissaire.


7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 06:55
lark e termiteAuteur : Jayne Anne Phillips
Titre : Lark et Termite
Traduit de : l’américain par Marc Amfreville
Éditeur : Bourgois
1ère édition : 2009
Nombre de pages : 424
Lu : janvier 2010

Ce qu’en dit l’éditeur :
Juillet 1950, Corée du Sud ; 1959, Virginie occidentale : quelques dizaines de milliers de kilomètres et neuf ans séparent les deux temps de ce récit à quatre voix. S’y succèdent celle du soldat Leavitt, à l’agonie au fond d’un tunnel après le « malencontreux » pilonnage par les Américains d’une colonne de réfugiés alliés qu’il encadrait ; celle de Nonie, sa belle-sœur, une femme solide et généreuse qui a élevé sa nièce et son neveu après la disparition de leur mère ; celle de Lark, une adolescente courageuse qui ne se résoudra jamais à laisser partir son jeune frère, Termite, handicapé mental et moteur, pour une institution spécialisée ; celle de Termite, enfin, qui relève plus d’une musique intérieure : presque aveugle, il fait preuve d’une sensibilité hors du commun, attentif au moindre bruissement..

Ce que j’en dis :
 Un livre à ne rater sous aucun prétexte. !
Riche dans sa construction, ce roman polyphonique nous permet de suivre quatre personnages, et un cinquième au final, sur 3 jours à quelques 10 ans d’écart.
Lark et Terminte, les deux enfants de Lola sont élevés par leur tante Nonie, ces trois narrateurs se répondent dans des récits riches et complexes. A ces voix, fait écho celle du père de Termite, soldat pendant la guerre de Corée dix ans plus tôt. Et au final c’est Lola, la mère des enfants, qui clôt le récit.
On est happé par ce texte, par sa construction complexe, avec tous ces éléments qui se répondent au travers du temps, comme pour nous signifier que tout est un recommencement, que nous sommes liées aux autres , que les sentiments, les événements et même les lieux sont identiques. Ils se reproduisent, là, sous nos yeux, et il suffit de regarder et d’écouter pour tout comprendre, comme Termite cet enfant handicapé mais qui sait tout.
On n’est pas loin de Wiliam Faulkner et de Crason McCullers . De la belle ouvrage.
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 15:58

Auteur : Jan Burke
Titre :  Lignées sanglantes.
Traduit de : l'anglais (Etats-Unis) par Mireille Vignol
Éditeur : Seuil
Collection : Seuil Policiers
1ère édition : février 2007
Nombre de pages : 589
Lu : août 2008

Ce qu’en dit l’éditeur :

1958. O'Connor, journaliste au Las Piernas News Express, entend bien découvrir qui a attaqué son mentor, Jack Corrigan. Revenu à lui, ce dernier dit avoir assisté à l'enterrement d'une voiture dans une ferme proche du lieu où il a été agressé. Autre mystère apparemment sans relation avec cette affaire, la même nuit, un yacht qui transportait quatre membres de la riche famille des Ducane disparaît dans une tempête. À terre, la nurse qui gardait le petit Max a été tuée et celui-ci enlevé.

Vingt ans plus tard, la journaliste Irene Kelly assiste à la découverte de la voiture enterrée. Et dans le coffre on trouve des restes humains. Ceux du bébé ? Mais alors... qui est le jeune homme qui se fait appeler Max Ducane ? Véritable tour de force, ce roman fleuve couvre 80 ans de journalisme et fait penser à des écrivains aussi grands que Steinbeck, Horace McCoy et Robert Penn Warren.

Ce que j’en dis :

Sur trois époques différentes, et toujours au travers du regard de journalistes, nous allons essayer de comprendre divers événements. Des meurtres et des disparitions à la fin des années 50 ne seront résolus que près de 40 ans plus tard.
Des personnages à la psychologie fouillée, une histoire de la presse écrite et de son évolution, une société californienne passée au crible, tout cela contribue à la qualité du livre.
Jan Burke a publié d'autres titres avec le personnage d'Irène Kelly, journaliste au New Express à Las Piernas. Un auteur à suivre !

1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 14:21

lamalaimee.jpgAuteur : Kim Dong-Hwa
Titre : La Mal aimée
Traduit de
: coréen
Éditeur :Casterman
Collection : Ecritures
1ère édition : octobre 2008
Nombre de pages : 376
Genre : manhwa
Lu : janvier 2010

Ce qu’en dit l’éditeur :

Un enfant au seuil de l'adolescence s'éprend d'une jeune femme bientôt mariée. Deux sœurs s'échangent une recette secrète pour attirer le prince charmant. Une jolie veuve et sa séduisante fille s'abandonnent à l'attirance ressentie pour deux marchands ambulants... Dans le cadre préservé d'une Corée rurale à l'écart du temps, dédiée tout entière aux rythmes lents et profonds de la nature, Kim Dong-Hwa fait s'entrelacer les destinées d'hommes et de femmes ordinaires, tous occupés, quel que soit leur âge, à cette activité extraordinaire : l'expression des émotions et l'épanouissement du sentiment amoureux. 

Ce que j’en dis :
Avec ce
manhwa j'ai retrouve tout l'univers de Kim Dong-Hwa, découvert avec La Bicyclette rouge. Ce receuil rassemble onze histoires indépendantes mettant en scène le vie dans la campagne coréenne. Les personnages centraux, souvent féminins, souvent jeunes,  nous font partager rêves, espoirs, peines et amours.
Parfois tendres, parfois cruels, ces récits parlent du temps qui passe, rythmé par les saisons. Et le dessin est emprunt d'une douceur et d'une tendresse en harmonie avec la narration .

L'auteur: Dong-hwa--Kim.jpgKim Dong-hwa est né en 1950 à Séoul. Dès 1975, il publie son premier manhwa et ne cesse depuis de diffuser sa poésie à travers de nombreux albums. Si la sensibilité de ses histoires, qui s'accorde parfaitement avec sa richesse graphique, est bien connue des lecteurs coréens, la France n'a découvert cet auteur que récemment à travers La Bicyclette rouge (chez Paquet, Grand Prix de la critique de l'ACBD). C'est avec sa trilogie Histoire couleur terre (Casterman), véritable hymne à la nature et à la femme, que Kim Dong-hwa atteint le sommet de son art. Dernièrement, il a adapté en BD les anecdotes touchantes des lecteurs d'un journal coréen, véritables Nourritures de l'âme, proposées en français par Casterman.
Published by Syde - dans BD & mangas
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 07:31

Auteur : Laurent Gaudé
Éditeur : Actes Sud
1ère édition : août 2008
Nombre de pages : 266
Lu :20 juillet 2008

Ce qu’en dit l’éditeur :
Le roman de L. Gaudé met en scène la vengeance de Filippo Scalfaro, dont le fils a été tué d'une balle perdue dans les rues de Naples en 1980. Dans les guerres, la pauvreté ou l'exil, l'auteur cherche à faire entendre la dimension solaire dont chaque personnage illumine sa propre trajectoire.

Ce que j’en dis :
A Naples, tôt un matin, Pippo prépare et boit son café avant de partir au travail, il est barman dans un grand restaurant de la ville. Pourtant ce matin n'est pas comme tous les matins, c'est le jour de la vengeance pour ce jeune homme d'à peine 30 ans. Depuis deux ans il se prépare et c'est ce soir qu'il mène à bien son projet pour venger la mort de son père. On comprend que ce père est mort jeune et qu'il a à peine eu le temps de le connaître.
Mais voilà, retour 20 ans en arrière et on découvre que Pippo est mort, victime d'une balle perdue lors d'une fusillade, il avait 6 ans. Son père et sa mère vivent alors les affres d'une souffrance terrible, celle d'avoir perdu le plus injustement du monde leur fils unique.
Pour connaître les raisons de tout cela il nous faudra mettre nos pas dans ceux de Mattéo et Giuliana , souffrir avec eux au quotidien dans cette ville grouillante et mouvante jusqu'au dénouement final qui traverse les époques.
Un livre sombre et violent qui ausculte et dissèque le malheur, la douleur et la perte; un très beau livre qui parle d'un deuil impossible 

26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 07:38

sauvages.jpgAuteur : Melanie Wallace
Titre : 
Sauvages
Traduit de
:
l'anglais (Etats-Unis) par Brice Matthieussent
Éditeur
: Grasset
Collection
: Roman
1ère édition
:mars 2007
Nombre de pages
: 341
Édition de poche
: Livre de poche 31406 juin 2009
Lu
: 10 juillet 2008


Ce qu’en dit l’éditeur :
Aux confins de l'Ouest américain, peu après la guerre de Sécession, une petite garnison de soldats démobilisés vit à l'abandon sous les ordres d'un major mélancolique et tourmenté. Leur torpeur est secouée par l'arrivée de deux femmes arrachées aux Indiens. Si la première raconte les violences endurées, l'autre se terre dans un mutisme de mauvais augure pour la garnison. Premier roman.

Ce que j’en dis :
Dans un fort de l'ouest américain oublié des hommes, un groupe de militaires attend. Le ravitaillement n'arrive plus, les ordres restent vagues, les hommes tombent malades, meurent ou désertent. A leur tête le major Robert Cutter, un homme qui a baissé les bras et a renoncé à faire fonctionner ce fort ; la guerre de Sécession l'a meurtri, il passe son temps à écrire à sa femme et à déguster les bouteilles de Cognac qui lui restent. Et puis arrivent dans ce fort deux femmes qu'un détachement de soldats est allé reprendre aux indiens ; alors que l'une semble heureuse de retrouver la "civilisation", l'autre refuse ce retour.
Une histoire très forte qui doit beaucoup à ses personnages attachants. Le major Cutter est un homme dont on comprend l'amertume face aux ravages de la guerre et à l'absurdité de certains ordres de sa hiérarchie. Abigail, l'une des captives, a découvert enfin une forme de bonheur auprès des indiens et on l'arrache à sa vie, de cette vie ne lui reste qu'un cheval qui l'accompagne pas à pas. Autre figure centrale, celle du forgeron Cole qui, de par sa couleur de peau, est tenu à l'écart par les autres hommes, mais qui sait si bien deviner les pensées et les émotions des hommes et des bêtes. Et puis il y a aussi le docteur Matthews profondément humain , Red Gabriel le journaliste qui semble bien opportuniste et se révélera au fil de l'histoire, le lieutenant Hastings qui restera fidèle à son commandant et tentera par tous les moyens de le protéger.
Un livre à découvrir, on est porté par la force de l'histoire et des personnages .

 

Présentation

Bienvenue

Bienvenue sur le bloc-notes.
Vous y trouverez mes avis de lectrice, je reprends "en douceur" mes notes de lecture.
Et je vais essayer de publier des articles sur mes lectures pendant ma "pause blog", mais comme je souhaite les avoir à peu près dans l'ordre de lecture, ils vont apparaître progressivement entre mai 2008 et septembre 2009.
Bonne visite à tous !

Index des auteurs
Index des titres

Recherche

.

© pour la majorité des images : Amazon.fr, bibliosurf.com et Allociné.fr

Archives

.

Mon profil sur Babelio.com