Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 09:50

magasingeneral5.jpgAuteur : Loisel & Tripp
Titre :  Montréal
Éditeur : Casterman
Collection : Magasin Génaral T5
1ère édition : novembre 2009
Nombre de pages : 76
Genre : Belle Province
Lu : décembre 2009

Ce qu’en dit PlanèteBD :
Ça jase à Notre-Dame-des-Lacs : Marie s’est égarée le temps d’une galipette dans les bras de Marceau. Pour fuir l’opprobre elle prend la direction de Montréal et laisse le village se débrouiller de son magasin. Toujours aussi bon et beau.

Ce que j’en dis :
Marie, en bute à la réprobation du village, finit par quitter son magasin pour partir à Montréal. C’est donc Serge qui va s’occuper des clients, mais à sa façon. Les horaires changent et toute la communauté regrette bien vite Marie…

Une vidéo sur le site de Casterman

Partager cet article
Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 14:21

lamalaimee.jpgAuteur : Kim Dong-Hwa
Titre : La Mal aimée
Traduit de
: coréen
Éditeur :Casterman
Collection : Ecritures
1ère édition : octobre 2008
Nombre de pages : 376
Genre : manhwa
Lu : janvier 2010

Ce qu’en dit l’éditeur :

Un enfant au seuil de l'adolescence s'éprend d'une jeune femme bientôt mariée. Deux sœurs s'échangent une recette secrète pour attirer le prince charmant. Une jolie veuve et sa séduisante fille s'abandonnent à l'attirance ressentie pour deux marchands ambulants... Dans le cadre préservé d'une Corée rurale à l'écart du temps, dédiée tout entière aux rythmes lents et profonds de la nature, Kim Dong-Hwa fait s'entrelacer les destinées d'hommes et de femmes ordinaires, tous occupés, quel que soit leur âge, à cette activité extraordinaire : l'expression des émotions et l'épanouissement du sentiment amoureux. 

Ce que j’en dis :
Avec ce
manhwa j'ai retrouve tout l'univers de Kim Dong-Hwa, découvert avec La Bicyclette rouge. Ce receuil rassemble onze histoires indépendantes mettant en scène le vie dans la campagne coréenne. Les personnages centraux, souvent féminins, souvent jeunes,  nous font partager rêves, espoirs, peines et amours.
Parfois tendres, parfois cruels, ces récits parlent du temps qui passe, rythmé par les saisons. Et le dessin est emprunt d'une douceur et d'une tendresse en harmonie avec la narration .

L'auteur: Dong-hwa--Kim.jpgKim Dong-hwa est né en 1950 à Séoul. Dès 1975, il publie son premier manhwa et ne cesse depuis de diffuser sa poésie à travers de nombreux albums. Si la sensibilité de ses histoires, qui s'accorde parfaitement avec sa richesse graphique, est bien connue des lecteurs coréens, la France n'a découvert cet auteur que récemment à travers La Bicyclette rouge (chez Paquet, Grand Prix de la critique de l'ACBD). C'est avec sa trilogie Histoire couleur terre (Casterman), véritable hymne à la nature et à la femme, que Kim Dong-hwa atteint le sommet de son art. Dernièrement, il a adapté en BD les anecdotes touchantes des lecteurs d'un journal coréen, véritables Nourritures de l'âme, proposées en français par Casterman.
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 07:21

western.jpgAuteur : Jean Van Hamme & Rosinski
Titre : Western
Éditeur :
Le Lombard
Collection : Signé
1ère édition : 2001
Nombre de pages : 87
Lu : janvier 2010

Ce qu’en dit l’éditeur :

Fort Laramie, 1868. Ambrosius Van Deer, riche éleveur de bétail, s'apprête à revoir son jeune neveu, Eddie, enlevé dix ans plus tôt par une tribu Sioux. Mais Van Deer n'a qu'un seul but : tuer Eddie. Et, du même coup, faire de sa fille Cathy sa seule héritière. Évidemment, rien ne marche comme prévu. Van Deer perd la vie. Eddie, lui, perd un bras. Et se lance dans une vie d'errance. Jusqu'au jour où le hasard le conduit au ranch de Cathy. Le hasard, ou plutôt le destin. Un sacré tireur de ficelles, celui-là. Eddie n'est sûrement pas de taille à se mesurer à lui…

Ce que j’en dis :

Encore un titre sur L'Amérique des pionniers revisitée par Van Hamme et Rosinski. Ils nous racontent l'histoire d'un jeune garçon et son parcours entre Kansas et Wyoming, dans cet ouest de bruit et de fureur. Avec un bon scénario et grâce au dessin de Rosinski, l'histoire fait mouche. Nous suivons avec beaucoup de plaisir le parcours d'Eddie, et, en suivant son histoire, nous découvrons la vie quotidienne à cette époque, sa dureté, et aussi le peu de valeur de la vie humaine dans ce Far-West bien loin des westerns de notre enfance.

pionniersoklahoma1893.jpg

Des pionniers dans l'Oklahoma en 1893
Trikosko/Library of Congress

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 07:21

terreneuvas.jpgAuteur : Christophe Chabouté
Titre : Terre Neuvas
Éditeur : Vents d'Ouest
1ère édition : septembre 2009
Nombre de pages : 120
Lu : janvier 2010

Ce qu’en dit l’éditeur :

Chaque année des milliers de pêcheurs de morues partaient en direction de Terre-Neuve, vers des mers froides et dangereuses.
Durant ces longues campagnes qui pouvaient durer six à neuf mois, la maladie, les blessures, les noyades, l'hygiène déplorable, la saleté repoussante, la violence et l'alcoolisme étaient le lot quotidien de ces pêcheurs que l'on surnommait aussi les forçats de la mer . 3 avril 1913, après avoir navigué pendant trente-sept jours, la goélette la Marie-Jeanne et ses 28 hommes d'équipage arrivent enfin au large de Terre-Neuve... mais les poissons ne donnent pas. L'absence de bancs de morues présage une mauvaise pêche et un maigre salaire... Les tensions montent. L'ambiance à bord s'échauffe... Quand un matin, on découvre le corps inerte du second dans sa couchette, un couteau planté dans le dos... Autour du manche, un petit ruban de soie...
Chabouté nous immerge avec brio dans les conditions de vie extrêmes de ces marins du début du XXe siècle et signe un thriller captivant et inquiétant.

Ce que j’en dis :

Un titre de Chabouté n'est jamais décevant ! Celui là ne fait pas exception.
Tout au long des 120 pages du récit nous suivons une campagne de pêche qui part vers Terre-Neuve en mars 1913. Avec une économie de mots qui est habituelle chez lui, mais grâce à son dessin fluide, en noir et blanc, il sait parfaitement faire passer les émotions. Nous entrons dans l'histoire très vite pour suivre ces hommes à la vie âpre et difficile dans ce milieu hostile . Un meurtre va cristalliser les passions et rouvrir des blessures que chacun avait voulu oublier.
Une réussite !



Partager cet article
Repost0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 07:20

marthajanecannary2.jpgAuteur : Matthieu Blanchin & Christian Perrissin
Titre : Martha Jane Cannary T 2
Éditeur : Futuropolis
1ère édition : octobre 2009
Nombre de pages :128
Lu : Décembre 2009

Ce qu’en dit l’éditeur : 
Après un premier tome primé à St Malo et à Angoulême, Blanchin et Perrissin reviennent avec la suite tant attendue de la biographie de celle que l'on appelait Calamity Jane. Nous avions laissé Martha Jane Canary au printemps de 1869, après l'attaque des indiens à Goose Creek, là où le capitaine Egon la baptisa «Calamity Jane». A la fin de l'hiver 1874, Martha Jane vit dans un ranch à la lisière des Badlands. Sa fille Janey, née en septembre 1873, a quelques semaines quand elles échouent ici. Martha Jane ne se montre pas vraiment une très bonne mère, laissant la femme du fermier s'occuper de sa fille tandis qu'elle s'occupe des travaux de la ferme. Elle finit par avouer qui est le père de l'enfant, le célèbre Wild Bill Hickok...


Ce que j’en dis :
Nous avions quitté Jane en 1869, nous la retrouvons un an plus tard dans un ranch avec une petite fille. La maternité n'a rien d'évident pour elle,  elle se sent incapable d'élever un enfant, elle finira cependant par prendre conscience qu'elle aime cette petite fille et qu'elle peut s'en occuper. Pourtant, l'appel de la route et de l'aventure va la pousser vers de nouveaux cieux. Comme dans le premier tome, Blanchin et Perrissin nous offrent une reconstitution minutieuse de l'ouest américain de cette fin du XIXe siècle. S'appuyant sur les lettres de Calamity Jane à sa fille et sur d'autres écrits, notamment pour évoquer la figure de Custer et les guerres indiennes, ils nous offrent la reconstitution d'une époque loin des clichés du far-west.

 

Au cours de ce tome deux, Jane arrive à Deadwood, la ville de la série télé. La BD est assez proche de l'univers télévisuel, en moins noir peut-être...

Le générique de cette série :


Partager cet article
Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 09:50

marzi5.jpgAuteur : Savoia
Titre : Pas de liberté sans solidarité
Éditeur : Dupuis
1ère édition : octobre 2009
Nombre de pages : 48
Édition de poche :
Lu : décembre 2009

Ce qu’en dit l’éditeur :

On crie ensemble avec beaucoup de vigueur : Solidarnosc ! C'est amusant de protester. Quand on est si nombreux, c'est tout de suite plus convaincant ! Precz z komuna ! A bas le communisme ! Ça deviendrait plus sérieux si à la maison il y avait autant de monde pour me soutenir : Precz z jajecznica ! A bas les oeufs brouillés ! Solidarnosc !! Un rêve. De l'autre côté d'un mur qui ne sépare plus que pour quelques mois l'Europe, les petites histoires de Marzi se mêlent plus que jamais à la grande Histoire. Sylvain Savoia compose avec élégance et tendresse les récits d'enfance de Marzena Sowa.

Ce que j’en dis :

Marzi est une série que je suis fidèlement et que j'aime toujours autant.
Ce tome cinq commence par une plongée dans l'histoire des grèves en Pologne, le rôle de Solidarnosc dans les combats pour la démocratisation du pays. Je me suis surpris à redécouvrir la simultanéité de certains événements que ma mémoire n'associait pas : la place Tian'anmen , la chute du mur de Berlin et les premières élections en Pologne.
Cette série est comme toujours très juste, elle nous fait revivre l'histoire d'un pays par le regard d'une petite fille, avec ses angoisses et ses espoirs. Depuis le tome 1, qui était plus centrée sur la vie quotidienne, le ton s'est fait plus grave. Marzi a grandi et l'histoire s'est mise en marche en Pologne. Cependant la vie familiale reste présente, et cela apporte une supplément de charme à l'ensemble.


Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 11:18

Auteur : Guy Delisle
Titre : PyongYang
Éditeur : L'Association
Collection :
Ciboulette
1ère édition : novembre 2002
Nombre de pages : 152
Lu : novembre 2009

Ce qu’en dit l’éditeur :

Delisle a travaillé dans des studios d’animation en Chine et en Corée du Nord. Dans Shenzen, il raconte le fossé culturel et l’incompréhension entre Chinois et Occidentaux. Dans Pyongyang, il décrit la vie quotidienne dans une ville qui oscille entre absurde et tragédie. De vrais reportages en BD, menés sur un ton sobre et pince-sans-rire pétri d’humour.

Ce que j’en dis :

Après Chroniques birmanes et Shenzen, je me suis plongée dans Pyongyang. Chacun de ces trois titres est différent, mais les trois vous font apprendre une quantité de choses sur ces pays, en l'occurrence ici la Corée du nord. Même si l'on sait des choses sur ce régime, on les découvre par le prisme du quotidien de Guy Delise. Et cela donne un poids supplémentaire au témoignage. Certes, il n'a pas de contact direct avec les populations, puisqu'il passe de son hôtel au studio avec quelques visites ou soirées entre expatriés, et il est toujours accompagné d'un guide, d'un traducteur et d'un chauffeur. Malgré tout, on perçoit en partie ce que doit être la vie là bas, et ce témoignage nous laisse une fois encore sidéré devant la réalité de ce pays.
Enfin, on se pose aussi des questions sur les milieux culturels français qui, malgré le régime dictatorial de la Corée du nord, n'hésitent pas à faire travailler les studios locaux pour produire leurs dessins animés, Canal + en tête ici avec la fabrication de Corto Maltese...


Partager cet article
Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 08:18

Auteur : Lacoste et  De Metter.
Titre :
Le Curé
Éditeur : Soleil
Collection : Latitudes
1ère édition : 2001
Nombre de pages : 92
Lu : novembre 2009

Ce qu’en dit l’éditeur :

1935, un village de campagne en France. Le docteur Jarowski est athée. Avec le temps, il est devenu complètement misanthrope. Mais voilà qu’un jour, sur le point de mourir, il ressent le besoin de se confesser au près du jeune curé du village.

Ce que j’en dis :

Un petit village presque caricatural, une campagne tout droit sortie d'un film de Clouzot avec un vieux docteur bourru et un jeune prêtre profondement humain.
Mais l'histoire bascule vite, les doutes naissent, les angoisses, les peurs. Tout cela sous le regard des villageois à qui rien n 'échappe.
Servie  pour le dessin de De Metter, cette histoire est parfaitement aboutie.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 09:46

Auteur : Lewis Trondheim
Titre :  Les petits riens T. 4  Mon ombre au loin
Traduit de :
Éditeur :  Delcourt
Collection :  Shampooing
1ère édition : octobre 200
Nombre de pages :
Édition de poche :
Genre : Journal de bord
Lu : octobre 2009

Ce qu’en dit l’éditeur :

Lewis Trondheim est né durant le millénaire précédent. Aussi, bien qu'aimant les nouveaux gadgets high-tech comme les clefs de voiture qui ouvrent à distance, il continue à apprécier plus particulièrement les petites choses simples qui donnent à la vie tout son sel. Il s'est très vite rendu compte qu'il n'aurait aucune prise sur les guerres à travers le monde, le terrorisme de masse et l'utilisation d'armes bactériologiques. Trouver le bonheur dans ces conditions extrêmes est chose faisable, mais savoir qu'on le tient et s'angoisser à vouloir le conserver, n'est-ce pas une preuve de bonne débilité mentale ?

Ce que j’en dis :

Un Petits riens de Trondheim qui sort et je le trouve immédiatement à la maison, donc je lis...
Et j'aime toujours autant. Mais je  dois bien dire que c'est un livre pour les fans. Ces Petits Riens se ressemblent d'album en album. Quant à moi, je me plonge toujours avec délice dans ces "tranches de vie". Le regard que porte Lewis Trondheim sur lui et sur le monde qui l'entoure me réjouit toujours !

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 09:49

Auteurs : Riel, Bonneval et Tanquerelle
Titre : La vierge froide et autres racontars
Éditeur : Sarbacane
1ère édition : octobre 2009
Nombre de pages : 120 pages
Genre : Racontar
Lu : octobre 2009

 


Ce qu’en dit l’éditeur :

De son séjour dans les années 50 chez les trappeurs du Groenland, Jorn Riel a rapporté ses désormais célèbres racontars. Un racontar, " c'est une histoire vraie qui pourrait passer pour un mensonge. À moins que ce ne soit l'inverse " explique-t-il, plein de malice. Il ajoute - modestement - qu'il s'est contenté de rapporter, endossant le rôle de conteur et de passeur. Rôle qu'assument à leur tour Hervé Tanquerelle et Gwen de Bonneval en adaptant ces fabuleux récits en bande dessinée, où le burlesque et l'absurde se mêlent à la poésie et l'aventure.

Ce que j’en dis :
Tous les amoureux des racontars de Jorn Riel vont adorer l'adaptation de Tanquerelle et Bonneval. D'ailleurs en exergue figure un texte de Jorn Riel lui-même dont je vous livre un extrait :
"Ouvrir ce livre est comme ouvrir la porte du monde arctique tel que je l'ai connu il y a tant d'années. Les trappeurs de ces dessins sont exactement comme je les ai découverts jadis, et de les retrouver ainsi a été une surprise et la source d'une grande joie."
J'avais adoré le roman dont je parlais ici , et j'ai retrouvé toute la saveur des histoires dans la BD.
Les deux auteurs ont su croquer des personnages aux trognes inoubliables, mais aussi restituer un univers dans lequel la vie et la mort se cotoient dans une belle indifférence.
Finalement on ne les imaginaient pas autrement nous aussi ! Maintenant Lasselille, Herbert, Le Comte, Museau et les autres ont pour toujours un visage. Et gageons que cette adaptation fera succomber de nouveaux lecteurs aux racontars !

Suivez le lien sur la photo des 2 auteurs pour lire une interview très intéressante autour de leur travail d'adaptation et des différentes étapes de la création d'une planche.
Partager cet article
Repost0

Présentation

Bienvenue

Bienvenue sur le bloc-notes.
Vous y trouverez mes avis de lectrice, je reprends "en douceur" mes notes de lecture.
Et je vais essayer de publier des articles sur mes lectures pendant ma "pause blog", mais comme je souhaite les avoir à peu près dans l'ordre de lecture, ils vont apparaître progressivement entre mai 2008 et septembre 2009.
Bonne visite à tous !

Index des auteurs
Index des titres

Recherche

.

© pour la majorité des images : Amazon.fr, bibliosurf.com et Allociné.fr

Archives

.

Mon profil sur Babelio.com